> PRINCIPES :

JUN FAN GUNG FU

JEET KUNE DO

ENTRAINEMENT JKD

 

JUN FAN GUNG FU :
C'est le kung Fu Wing chun que Bruce LEE importera de HONG KONG vers SEATTLE aux U.S.A. en 1959, et qu'il modifiera pour plus de simplicité et d'efficacité à son goût .

Ses premiers élèves sont Jesse GLOVER , Ed HART , Taky KIMURA, Pat HOOKS, Joe COWLES et quelques autres… Certaines mauvaise langues diront que, faute d'obtenir le système Wing Chun dans son ensemble ( il fut évincé de la salle de YIP MAN, son maître de WING CHUN, sous prétexte que sa mère avait du sang Allemand , les Chinois n'enseignant qu'aux chinois à cet époque ; William Cheung " CHEUK HING ", le Grand Dragon , son sénior en Wing Chun et ami continuera sa formation ). Mais, c'est veritablement par Wong Shun Leung (le plus remarquable combattant de l'école de Yip MAN) qu'il sera influencé et à qui il portera un respect sans faille jusqu'à sa mort.

Il formera son propre style de Gung Fu plus épuré qu'il nommera : JUN FAN GUNG FU ( le GUNG FU de JUN FAN , son prénom Chinois simplement ).

Bruce LEE bénéficiait déjà d'un enseignement relativement complet concernant son Wing Chun Gung Fu, mais il disposait d'un potentiel et d'aptitudes aux arts martiaux bien au dessus de la moyenne et surtout d'une volonté d'acier, d'une rigueur d'entrainement (très avant-gardiste) spectaculaire ce qui le différenciait du pratiquant d'art martiaux moyen. Sa passion dévorante pour les arts martiaux, et sports de combat en général, lui confère déjà à cette époque un esprit de synthèse hors du commun afin de " vulgariser " et de faire avancer de façon exponentiel son propre Gung Fu.

Le visionnaire qu'est Bruce LEE n'est qu'au début de son parcours : Réspecteux de la tradition, l'entrainement que nous dispensons inclus les PRINCIPES indispensables de Wing Chun, le SIL LUM TAO , Tao de la Petite idée ( premier tao que l'on apprends en tant que pratiquant de WING CHUN ), les CHI SAO ( mains collantes , hérités du WING CHUN , le travail sur les énergies dissolvantes , pénétrantes, ressort… la pression constante vers l'avant ) , le travail sur la ligne centrale ainsi que les " trappings " afin de déstabiliser l'unité et la base du corps dans son ensemble mais également de se débarrasser définitivement des "portes" fermées que sont les bras et la défense de l'adversaire. Le travail s'effectue avec un ou plusieurs partenaires en sparring ou pas , sur " focus gloves ", et peut s'appliquer bien sûr en situation réel dans le cadre de la self defense.

Dans ce sens, nous pouvons dire que le JUN FAN GUNG FU même s'il est annonciateur et précurseur du JKD , demeure un processus de self défense à part entière et un art martial reconnu depuis 1981 par la fédération de Kung fu à Hong Kong.ong.


retour en haut de page

JEET KUNE DO :
Un mélange d'Orient et d'Occident : Jeet ( intercepter) Kune ( poing ) Do ( voie ) , le JKD puise ses racines dans le Kung fu Wing Chun du Sud de la Chine incluant ses fameuses techniques de poings et de combat rapproché.

Mais Bruce Lee va plus loin : après avoir modifié son Wing Chun au début des sixties afin de le simplifier pour plus d'efficacité face à des adversaires de tailles et de poids différents , il n'a de cesse de rechercher l'Excellence et inclus entre autre, les déplacements et les touches de l'escrime occidentale ainsi que ceux de la boxe anglaise.

Par la suite il incorpore des méthodes d'entrainement qui vont lui permettre d'accroître son potentiel cardio-vasculaire , son explosivité , son timing , bref son efficacité toujours dans un seul et même objectif : devenir " meilleur ". Il dira de son JKD : " c'est un Kung Fu non classique : simple , direct , explosif et très efficace " .

Vers 1965 , Bruce Lee en compagnie de l'un de ses élèves/instructeur, Daniel INOSANTO, trouve le nom : JEET KUNE DO ( la voie du poing qui intercepte ). Il dira de toutes choses qui lui paraîtront de facture brillante ou novatrice tels un excellent repas ou une technique martiale relevant de leurs critères de qualité qu'elles sont " JKD " , c'est en fait sa PROPRE expression de ce qu'il conçoit comme son art martial.

Nous nous inspirons de son JKD et essayons de retranscrire notre vision et notre expression du JKD à travers les gens qui nous l'ont enseignés ( et notamment des élèves de première génération ayant travaillés directement avec Bruce LEE ) , tout en continuant à évoluer personnellement . Chaque parcours étant unique, Bruce Lee considère le Chemin vers la Libération personnel donc de chaque être humain comme primordial, il place l'homme, le penseur , le créateur, au dessus de tous les styles et doctrines établies afin de ne pas cristaliser ce qui doit être en mouvement constant … On approche le Confusianisme et le Taoïsme !

Il n'aura de cesse de développer son JKD jusqu'à sa mort survenue en juillet 1973.

Le JEET KUNE DO demande un entraînement rigoureux et un investissement personnel important : le dépassement de soi, le goût de l'effort sont requis afin d'obtenir des vitesses de réaction , de déplacements , et de percussions fulgurantes mêlant la fluidité et la détermination.

L'entraînement en JKD requière un coaching personnel de la part de l'enseignant afin de tirer la " substantifique moelle " de chaque élève , c'est certainement ce qui pousse Bruce Lee à fermer ses écoles à la fin des années 60 en demandant à ses 3 instructeurs ( TAKY KIMURA à Seattle, JAMES YIMM LEE à Oakland, DANIEL INOSANTO à Los Angeles ) de ne garder qu'un petit groupe d'élèves triés sur le volet et de ne pas " diffuser " plus avant l'art du JEET KUNE DO , afin que celui-ci ne devienne pas un sport de masse et qu'il conserve toute ses qualités intrasèques.

Etrangement, le message a eu peu ou pas d'échos pour les générations qui ont suivi …


retour en haut de page

 

ENTRAINEMENT JKD :
1/ Attitude de combat - Déplacements - Mobilité
2/ Développement des armes
3/ Voies d'attaque
4/ Contre-attaques - Défense
5/ Timing - Rythmes - Distances
6/ Qualités essentielles
7/ Tactiques et Stratégies
8/ Combats et Sparrings à thèmes
9/ JKD FULL CONTACT Toutes distances


retour en haut de page